Religion und Menschenrechte

Religion und Menschenrechte

Die hier enthaltenen Artikel, die in der Ausgabe des Forums vom Januar 2019 veröffentlicht wurden, befassen sich mit der Rolle, die die Menschenrechte für in Luxemburg vertretene Religionsgemeinschaften spielen. Sie ergänzen die Diskussion um Menschenrechte und Religionen, die im Zusammenhang mit der interreligiösen Zeremonie am 9. Dezember anlässlich des 70. Jahrestages der Allgemeinen Erklärung der Menschenrechte geführt wurde.

Das Titelblatt dieser Ausgabe wurde von Antoine Grimée, einem belgisch-luxemburgischen Illustrator und Comicautor, verfasst.

Religionen & Menschenrechte
Eine schwierige Beziehung

Yannick Lambert

Gott hat ein Bild, und das bist Du
Menschenrechte aus einer jüdisch-theologischen Perspektive

Alexander Grodensky

Sur l'origine historique des droits humains

Des valeurs tombées du ciel ?

Robert Altmann

Vers une éducation religieuse aux Droits de l'Homme

Un chemin et une vision musulmane

Dr Rabie Fares

ACAT Luxembourg

Seit über 30 Jahren im Kampf gegen Folter und Todesstrafe

Christina Fabian-Heidrich

La flamme de la bonté humaine

Le bouddhisme de la Soka Gakkai et les droits de l’homme

Claudine Ries

Über die Aktualität von Folter

„Wer der Folter erlag, kann nicht mehr heimisch werden in der Welt“ (Jean Améry)

Chritina Fabian-Heidrich

Die katolische Kirche und die Menschenrechte

Zurück zu den Quellen

Jean-Marie Weber

Kontakt - ACAT Luxembourg

T +325 44 743 558

Unser Büro ist besetzt: 
Mittwoch und Freitag 
von 9.30 bis 12 Uhr 
außerhalb der Schulferien.

Auch nach Vereinbarung

contact@acat.deeta.xyz

Adresse:
5, av Marie-Thérèse
L-2132 Luxemburg

Folgen Sie uns auf Facebook

©2017 ACAT Luxembourg

Bankverbindung

IBAN LU77 1111 0211 9347 0000
Die ACAT ist als gemeinnützig anerkannt. Ihre Spenden sind steuerlich absetzbar. Bitte geben Sie den Hinweis "Spende" in der Kommunikation an.

Schreiben Sie uns

En février 2018, le Bénin abolissait définitivement la peine de mort. À cette occasion, le Président du Bénin a commué en réclusion à vie les peines des 14 condamnés à mort encore en détention. Ces prisonniers avaient passé plus de 20 ans dans les couloirs de la mort, vivant dans une seule cellule aux dimensions exiguës, dans des conditions inhumaines, dégradantes et dangereuses pour leur santé physique et psychique.

Pendant des années, des groupes de la société civile, dont l’ACAT Bénin et Amnesty International, étaient intervenus en faveur de ces 14 condamnés et avaient mené des actions en vue de l’abolition effective de la peine de mort au Bénin. En 2019, une délégation sud-africaine et luxembourgeoise de l’Institute for Healing of Memories a pu leur rendre visite dans leur lieu de détention, la prison civile d’Akpro-Missérété, à 40 kilomètres de Cotonou.
Parmi ces prisonniers se trouvait Yaovi Azonhito. En janvier 2022, grâcié par le Président de la République, il a retrouvé la liberté. Aujourd’hui, il vit dans une grande précarité. Depuis sa libération, il est engagé aux côtés de l’ACAT Bénin dans la lutte pour les droits humains. Avant sa venue au Luxembourg, il participera comme témoin au 8e Congrès mondial contre la peine de mort, qui se déroulera à Berlin du 15 au 18 novembre. Il s’y rendra avec Pascal ZOHOUN, président de l’ACAT Bénin, qui l’accompagnera également au Luxembourg.

Par cette manifestation, à laquelle participera également un intervenant d’Amnesty International Luxembourg, les organisateurs souhaitent, d’une part, célébrer les progrès réalisés ces dernières années dans la lutte contre la peine de mort, tels que l’abolition de celle-ci au Bénin ; et, d’autre part, souligner le travail qu’il reste à faire et appeler à une mobilisation pour éradiquer cette sanction cruelle et inhumaine à travers le monde.

Lors de la soirée du 22 novembre, des interludes musicaux seront assurés par le violoniste Vincent SOUBEYRAN.