Six valeurs fondatrices et leur généalogie

Six valeurs fondatrices et leur généalogie

Exposé présenté lors de l’Assemblée générale de l’ACAT Luxembourg, le 17 mars 2018

Par Roby Altman

Dans « La refondation du monde » Jean-Claude Guillebaud retrace la généalogie de six valeurs fondatrices qui, selon lui, nous constituent au plus profond, nous, hommes et femmes de la modernité.

La question qu’il pose lui paraît simple à formuler : sur quels piliers essentiels, sur quelles certitudes intériorisées de longue date s’appuie notre vision du monde ?

Pour les Occidentaux que nous sommes, c’est le triple héritage grec, juif et chrétien qu’il s’agit de questionner (sans oublier l’apport de l’islam).

Quelles sont donc nos origines ?

  1. Le prophétisme juif nous a légué une représentation du temps qui fonde l’idée du progrès.
  2. Du christianisme nous viennent à la fois le concept d’individu et l’aspiration à l’égalité.
  3. La Grèce a inventé la raison.
  4. L’hellénisme des premiers siècles et Paul de Tarse ont fixé une certaine figure de l’universel.
  5. Le message judéo-chrétien, recueilli et laïcisé par les Lumières, est à l’origine d’une certaine conception de la justice qui met à distance la vengeance.

Inutile de dire que toutes ces valeurs sont aujourd’hui en péril. Il est donc urgent de se souvenir de leur origine. Car, comme l’a exprimé Daniel Sibony : « L’origine de la haine, c’est la haine des origines ».

Contactez l’ACAT Luxembourg

T +325 44 743 558

Permanences le mercredi et vendredi, de 9h30 à 12h sauf vacances scolaires ou sur rendez-vous

contact@acat.deeta.xyz

Siège social
5, Av Marie-Thérèse
L-2132 Luxembourg

Compte bancaire

IBAN LU77 1111 0211 9347 0000
Association d’utilité publique, les dons faits sont déductibles des impôts

Ecrivez-nous

En février 2018, le Bénin abolissait définitivement la peine de mort. À cette occasion, le Président du Bénin a commué en réclusion à vie les peines des 14 condamnés à mort encore en détention. Ces prisonniers avaient passé plus de 20 ans dans les couloirs de la mort, vivant dans une seule cellule aux dimensions exiguës, dans des conditions inhumaines, dégradantes et dangereuses pour leur santé physique et psychique.

Pendant des années, des groupes de la société civile, dont l’ACAT Bénin et Amnesty International, étaient intervenus en faveur de ces 14 condamnés et avaient mené des actions en vue de l’abolition effective de la peine de mort au Bénin. En 2019, une délégation sud-africaine et luxembourgeoise de l’Institute for Healing of Memories a pu leur rendre visite dans leur lieu de détention, la prison civile d’Akpro-Missérété, à 40 kilomètres de Cotonou.
Parmi ces prisonniers se trouvait Yaovi Azonhito. En janvier 2022, grâcié par le Président de la République, il a retrouvé la liberté. Aujourd’hui, il vit dans une grande précarité. Depuis sa libération, il est engagé aux côtés de l’ACAT Bénin dans la lutte pour les droits humains. Avant sa venue au Luxembourg, il participera comme témoin au 8e Congrès mondial contre la peine de mort, qui se déroulera à Berlin du 15 au 18 novembre. Il s’y rendra avec Pascal ZOHOUN, président de l’ACAT Bénin, qui l’accompagnera également au Luxembourg.

Par cette manifestation, à laquelle participera également un intervenant d’Amnesty International Luxembourg, les organisateurs souhaitent, d’une part, célébrer les progrès réalisés ces dernières années dans la lutte contre la peine de mort, tels que l’abolition de celle-ci au Bénin ; et, d’autre part, souligner le travail qu’il reste à faire et appeler à une mobilisation pour éradiquer cette sanction cruelle et inhumaine à travers le monde.

Lors de la soirée du 22 novembre, des interludes musicaux seront assurés par le violoniste Vincent SOUBEYRAN.