RECRUDESCENCE DES MENACES CONTRE LES DÉFENSEUR.E.S DE LA PAIX

COLOMBIE

Mars 2020

Le 15 janvier 2020, une longue liste de personnes et d’organisations impliquées dans la défense des droits en Colombie s’est retrouvée menacée de mort sur les réseaux sociaux par le groupe paramilitaire Águilas Negras (Aigles noirs). Parmi les cibles, on retrouve des défenseurs de l’accord de paix, et notamment des victimes du conflit armé interne (plus particulièrement des femmes, des mutilés et des communautés indigènes et afro-colombiennes) et de la restitution des terres spoliées, ainsi que des personnalités politiques de gauche. Sont notamment menacées Patricia Linares, avocate et présidente de la Juridiction spéciale pour la paix (JSP), et Pilar Rueda Jimenez, coordinatrice de l’équipe en charge des questions de genre au sein de l’Unité d’investigation et d’accusation de la JSP, ainsi que l’ONG Collectif d’avocats « José Alvear Restrepo » (CAJAR), membre de la Coalition colombienne contre la torture (CCCT) avec laquelle l’ACAT travaille.

Dans leur tract, les paramilitaires proclament : « Les leaders sociaux seront exécutés sans pitié et où qu’ils se trouvent : chez eux, dans leurs bureaux, sur les routes ou dans des espaces publics. » Une récompense de 8 000 euros est annoncée pour tout assassinat d’une personne nommément citée dans le tract. Il est également question de « torturer, enlever, faire disparaître, mutiler, démembrer pour l’exemple afin que d’autres ne s’avisent pas d’ouvrir leur bouche et d’inciter à la contestation (…) pour retarder le développement du pays ». Le tract promet enfin que le premier « semestre 2020 sera le plus sanglant que la Colombie ait connue pour tous ceux et toutes celles que l’on appelle des leaders sociaux et des défenseurs des droits humains ».

Plus d’une trentaine de personnes et d’organisations mobilisées pour la paix et le respect des droits humains ont été menacées de mort récemment. La situation n’a cessé de se dégrader depuis la signature de l’accord de paix fin 2016 : selon les dernières statistiques de 2020, il y a pratiquement un assassinat de défenseur.e par jour. Les autorités doivent mettre en place des mesures rapides et efficaces pour assurer leur protection.

Les défenseurs des droits humains en danger depuis l’accord de paix

La mise en application de l’accord est loin d’être aisée car tous ne sont pas favorables à la paix. Des groupes criminels hérités des paramilitaires d’extrême droite, théoriquement démobilisés en 2005, sont en réalité très actifs. Ces néo-paramilitaires s’enrichissent par le narcotrafic et d’autres activités illégales et s’en prennent à tous ceux susceptibles de menacer leurs activités.
En 2019, la Colombie était une nouvelle fois largement en tête des pays les plus dangereux pour les défenseurs des droits humains, avec au moins 107 assassinats selon l’ONU. Les autorités colombiennes ne garantissent pas leur sécurité.

Action terminée

Merci de votre soutien

Nos précédentes actions

Appel du mois – Mai 2020

Appel du mois – Mai 2020

Face à la situation liée au coronavirus, un décret portant commutation des peines de mort et remise de peines a été promulgué par le Président de la République du Cameroun. L’efficacité de cette mesure est jugée trop réduite. Certaines ACAT et la FIACAT demandent des mesures plus larges.

Appel du mois – Avril 2020

Appel du mois – Avril 2020

Appel à la libération d´un député honoraire de RDC, BAKATSURAKI SEMEYI, condamné à 10 ans d’emprisonnement à la suite d’une procédure irrégulière et inéquitable.

Appel du mois – Février 2020

Appel du mois – Février 2020

Les journalistes Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana, Térence Mpozenzi et leur chauffeur Adolphe Masabarakiza encourent une peine allant de 10 ans de prison à la perpétuité pour « complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État » devant le Tribunal de grande instance de Bubanza. Ils sont mis en cause pour une blague partagée en privé sur WhatsApp…

Contactez l’ACAT Luxembourg

T +325 44 743 558

Permanences: Mercredi et vendredi, de 9h30 à 12h, en dehors des vacances scolaires.

Egalement sur rendez-vous

contact@acat.lu

Siège:
5,av Marie-Thérèse
L-2132 Luxemburg

Suivez-nous sur Facebook

Consultez nos statuts
©2017 ACAT Luxembourg

Compte bancaire

IBAN LU77 1111 0211 9347 0000
Notre association est reconnue d’utilité publique, vos dons sont déductibles des impôts. Merci de préciser la mention “Don” en communication.

Ecrivez-nous