Répression massive, exécutions, arrestations arbitraires

NICARAGUA

Septembre 2018

Plus de trois mois après le déploiement par le président Daniel Ortega d’une stratégie meurtrière de répression des manifestations, le solde est effrayant : environ 300 personnes ont été tuées et plus de 1.800 blessées, bilan auquel il faut ajouter de nombreuses disparitions et détentions sans garanties légales.

Au Nicaragua, les autorités ont réagi avec violence face aux actions de protestation qui ont eu lieu à travers le pays depuis le 18 avril. Ces manifestations pacifiques, organisées dans la capitale, Managua, ainsi que dans d’autres villes du Nicaragua (Bluefields, León, Estelí, Masaya), ont mobilisé des centaines de personnes issues de différents secteurs de la société qui désiraient exprimer leur désaccord avec les réformes du système de sécurité sociale. Les actions de protestations ont été brutalement réprimées.

Vilma Núñez, directrice du Centre nicaraguayen des droits de l’homme, a déclaré : « La police a commencé par tirer des balles en caoutchouc, mais la situation a dégénéré le lendemain. Le 19 avril, on a dénombré plusieurs morts. Le président Ortega aurait pu mettre un terme à la répression ce jour-là, il ne l’a pas fait. Le lendemain, les policiers tiraient à balles réelles. Ils avaient ordre de tuer. »

 

La stratégie de la répression semble avoir été orchestrée par les plus hautes sphères du gouvernement. Le président Daniel Ortega et la vice-présidente Rosario Murillo, son épouse, ont diabolisé les manifestants et nié que certains d’entre eux avaient été tués, tandis que des représentants de l’État ont refusé aux victimes une aide médicale, manipulé des preuves et refusé d’ordonner des autopsies et autres examens médicolégaux.

Dans les dernières semaines, les actions répressives du gouvernement du Nicaragua ont pris une ampleur dramatique et déplorable : des groupes pro-gouvernementaux lourdement armés circulaient librement, accompagnés des forces de police, avec lesquelles ils se sont livrés à des attaques contre la population civile. Ces agressions ont été particulièrement violentes dans plusieurs villes, telles que Masaya, devenue le symbole de l’opposition au régime impitoyable du président Daniel Ortega.

Des médias sont censurés et les journalistes continuent d’être pris pour cible. Les défenseurs des droits humains sont harcelés et attaqués. Des exécutions extrajudiciaires ont été recensées.

Agissez en envoyant cette lettre à

M. Daniel ORTEGA
Président de la République

Nos précédentes actions

Appel du mois – Novembre 2018

Toutes les ONG internationales oeuvrant au Burundi ont été radiées fin septembre et doivent fournir des documents contraignants afin d’obtenir une nouvelle autorisation. Ce processus vise à limiter et contrôler l’action de toutes les organisations internationales sur le territoire, et menace une société civile déjà très affaiblie.

Appel du mois – Octobre 2018

Fin mai 2018, la Cour suprême du Bélarus a confirmé la peine de mort prononcée par le tribunal municipal de Minsk le 20 janvier à l’encontre de Aliaksandr Zhylnikau et Viachaslau Sukharko pour le meurtre de trois personnes, commis en 2015.

Appel du mois – Juillet-Août 2018

Le militant des droits de l’homme Wu Gan, 44 ans, a été condamné à 8 ans de prison pour « subversion » le 26 décembre 2017 et indique avoir été torturé.

CONTACTEZ L'ACAT

Où nous trouver ?

Adresse:

5 avenue Marie-Thérèse, L-2132 Luxembourg

Horaires des permanences :

Mercredi et vendredi, de 9h30 à 12h, hors jours fériés et vacances scolaires.
Egalement sur rendez-vous.

Téléphone/Fax

Vous pouvez nous joindre au 44 743 558.
Fax : 44 743 559

E-mail général : contact@acat.lu
Vous pouvez utiliser le formulaire ci-dessous pour nous écrire.

Suivez-nous sur facebook

Compte bancaire

Pour faire un don ou payer votre cotisation, un numéro unique:

LU77 1111 0211 9347 0000
CCPLLULL

Par votre don, vous soutenez le travail de l'ACAT.
Les dons en faveur de l'ACAT sont déductibles des impôts.
Merci de mentionner clairement DON ou COTISATION en communication de votre virement.

 

Ecrivez-nous