10 octobre 2018 – Journée mondiale contre la peine de mort

Condamnations à mort confirmées

BELARUS

Octobre 2018
Fin mai 2018, la Cour suprême du Bélarus a confirmé la peine de mort prononcée par le tribunal municipal de Minsk le 20 janvier à l’encontre de Aliaksandr Zhylnikau et Viachaslau Sukharko pour le meurtre de trois personnes, commis en 2015. En mars 2017, les deux hommes avaient été déclarés coupables et condamnés à une peine de réclusion à perpétuité, mais suite au recours formé par le Parquet, la Cour suprême avait renvoyé l’affaire devant le tribunal de première instance pour un nouveau procès. S’ils n’obtiennent pas une grâce présidentielle, Viachaslau Sukharko et Aliaksandr Zhylnikau risquent d’être exécutés très prochainement.

Selon la défense, le verdict n’a pas été établi sur la base de faits prouvés, mais purement sur les présomptions des juges, qui semblent s’être alignés sur les conclusions du procureur. L’enquête et les procès ont privé les deux hommes de leurs droits à la vie, à l’intégrité physique, à un procès équitable et à ne pas être sujet à des traitements dégradants, droits inscrits dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP).

De plus, en Bélarus – seul pays d’Europe à appliquer la peine de mort malgré les pressions croissantes exercées tant au niveau national qu’international – les condamnés à mort ne sont avertis de leur sort que quelques minutes avant l’exécution. Leurs familles sont souvent informées des semaines après l’exécution et les autorités refusent de leur indiquer le lieu où est enterré le corps.

Actuellement, quatre hommes attendent dans les couloirs de la mort en Bélarus : Viachaslau Sukharko, Aliaksandr Zhylnikau ainsi que Siamion Berazhnoi et Ihar Hershankou, dont les condamnations ont été confirmées par la Cour suprême en décembre 2017.
La Coalition mondiale contre la peine de mort met l’accent cette année sur les conditions de détention dans les couloirs de la mort et dénonce les violations des droits humains subies par les condamnés à mort du monde entier, soulignant que les souffrances physiques et psychologiques infligées sont parfois assimilables à une forme de torture.

Retrouvez toutes les informations rassemblées par la Coalition sur leur site : www.worldcoalition.org

L’action est désormais terminée

Merci de votre action

Nos précédentes actions

Action février-mars 2021

Action février-mars 2021

Avec la publication des “China Cables” en novembre 2019, les preuves de l’internement forcé systématique de plus d’un million de personnes appartenant à la minorité musulmane des Ouïghours dans la Région autonome du Xinjiang ont apparu au grand jour.

Appel du mois – Octobre 2020

Appel du mois – Octobre 2020

Pour les personnes qui risquent la peine capitale, l’accès à un avocat ou une avocate peut faire la différence entre la vie et la mort. La 18e Journée mondiale contre la peine de mort est consacrée au droit à une représentation juridique efficace à tous les stades de la procédure – et même après.

Appel du mois – Septembre 2020

Appel du mois – Septembre 2020

Le 17 juin 2020, le défenseur des droits humains Ahmed Amasha a été arrêté chez lui à Hilwan avant d’être conduit vers un lieu inconnu. En 2017, il avait déjà été arrêté et torturé par les services de sécurité égyptiens et n’avait été libéré qu’en octobre 2019.