Torturé en prison car il milite pour les droits de l’homme

CHINE

Juillet-Août 2018

Le militant des droits de l’homme Wu Gan, 44 ans, a été condamné à 8 ans de prison pour « subversion » le 26 décembre 2017 et indique avoir été torturé.

Wu Gan a été arrêté en mai 2015 alors qu’il travaillait pour un cabinet d’avocats de Pékin. Il prenait alors part à une manifestation dénonçant une erreur judiciaire dans une affaire passible de la peine de mort. Il a été officiellement accusé d’« incitation à la subversion du pouvoir de l’État », accusation classique touchant la société civile dès lors qu’elle dénonce des atteintes commises par les autorités.

Ce militant, célèbre en Chine depuis 2009, est reconnu pour ses méthodes innovantes, qui consistent à lier les actions en ligne et sur le terrain, à mettre en lumière les violations des droits de l’homme et à collecter des fonds sur Internet pour financer ses activités.

Avant son procès à huis clos qui s’est déroulé le 14 août 2017, Wu Gan a été détenu pendant plus de 28 mois sans pouvoir communiquer avec sa famille. Il a fait part d’actes de torture et cite 13 agents qui l’auraient torturé durant sa détention.

Traduction de la lettre

Monsieur le Directeur,

À la suite d’informations reçues de l’ACAT-France, je tiens à vous exprimer ma vive préoccupation concernant les risques de torture et de mauvais traitement à l’encontre de M. Wu Gan, 44 ans, détenu au Centre de détention municipal n° 1 de Tianjin.
Wu Gan indique avoir été torturé durant sa détention précédant sa condamnation. Il cite notamment 13 agents qui auraient perpétré ce crime grave. Avant son procès à huis clos du 14 août 2017, Wu Gan a été détenu pendant plus de 28 mois sans pouvoir communiquer avec sa famille, un contexte malheureusement favorable à de tels agissements.

À la suite de sa condamnation du 26 décembre 2017, ses avocats ont demandé à rencontrer leur client pour interjeter appel. Votre centre de détention a refusé leur requête. Les avocats de Wu Gan n’ont pu le rencontrer que la veille de l’expiration de la période légalement prescrite pour déposer un appel, le 5 janvier 2018.

Je vous demande instamment de :
– garantir que M. Wu Gan ne soit pas soumis à des actes de torture ni à d’autres mauvais traitements ;
– veiller à ce qu’il puisse avoir des contacts réguliers et sans restriction avec sa famille et les avocats de son choix ;
– mener dans les meilleurs délais une enquête approfondie et impartiale sur les tortures qu’aurait subi Wu Gan et à traduire les responsables présumés en justice.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, à l’expression de ma considération respectueuse.

 

Agissez en envoyant cette lettre à

M. Dabianzhuang, Zhongbeizhen,
Directeur de la prison,

Nos précédentes actions

Appel du mois – Juin 2019

Amal Fathy est de nouveau en danger de détention pour son activisme en faveur des droits humains

Appel du mois – Avril 2019

Pu Wenqing, mère du journaliste emprisonné Huang Qi, est détenue au secret par les autorités depuis le 7 décembre.