La liberté d’expression en danger

 

AZERBAIDJAN

Décembre 2018

Gozel Bayramli, députée du mouvement d’opposition Azerbaijan Popular Front Party (APFP), lors de son arrestation au cours d’une manifestation en avril 2011 dans la capitale Baku. © 2011 Azadliq Radiosu/RFERL

L’Azerbaïdjan, officiellement république d’Azerbaïdjan est un État d’Asie occidentale, situé en Transcaucasie orientale, qui est limité au nord par la Russie, au nord-ouest par la Géorgie, à l’ouest par l’Arménie, au sud par l’Iran et à l’est par la mer Caspienne. Sa population s’élève à près de 10 millions d’habitants.

L’Azerbaïdjan a un système présidentiel fort dans lequel les pouvoirs législatif et judiciaire n’ont qu’une indépendance limitée. A sa tête, le président Ilham Aliyev, qui dirige d’une main de fer le pays depuis 2003. La famille Aliyev dirige l’Azerbaïdjan depuis 1969.

Un climat d’insécurité et de violence

Amnesty international note que la répression de la liberté d’expression s’est accrue ces derniers temps, en particulier à la suite de révélations concernant des pratiques de corruption à grande échelle dans le monde politique. Plusieurs organes d’information indépendants ont été interdits de diffusion et leurs propriétaires ont été arrêtés. Les personnes critiques à l’égard du gouvernement sont toujours la cible de poursuites fondées sur des considérations politiques et de mesures d’emprisonnement prises à l’issue de procès non équitables.

Le rapport du Comité pour la prévention de la torture a publié en juillet 2018 un rapport accablant sur la situation du pays : le recours à la torture et à d’autres formes de mauvais traitements physiques par la police et par d’autres services appartenant aux forces de l’ordre et par l’armée, la corruption au sein de l’ensemble du système d’application des lois et l’impunité restent systémiques, répandues et endémiques.

L’action est désormais terminée

Merci de votre action

Nos précédentes actions

Appel du mois – Octobre 2019

Alors que le Sri Lanka n’avait plus appliqué la peine de mort depuis 43 ans, au printemps
2019, son président a planifié la reprise des exécutions, notamment de trafiquants de
drogue. Le sort d’au moins quatre d’entre eux dépend d’une décision prochaine de la Cour
Suprême.

Suivi d’action – Huang Qi

Le 29 juillet 2019, le Tribunal intermédiaire de Mianyang a condamné Huang Qi à 12 ans de prison.

Appel du mois – Septembre 2019

La répression des défenseurs des droits de l’homme aux Philippines se poursuit et a atteint des proportions alarmantes au cours des derniers mois.